Archives de catégorie ÉCONOMIE

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE)

RSE

A l’heure où les pratiques liées au développement durable se développent, mettre en place une démarche de RSE peut s’avérer très efficace pour l’entreprise.

Mais qu'est-ce qu'une démarche RSE ?

Tout d’abord, nous allons définir ce que signifie RSE. RSE désigne la responsabilité sociétale des entreprises (également appelée responsabilité sociale des entreprises), il s’agit de la mise en pratique du développement durable à l’échelle de l’entreprise. C’est-à-dire une intégration volontaire par les entreprises de préoccupations d’ordre sociales, mais également environnementales au sein de leurs activités commerciales et des relations avec les parties prenantes. 

Le but de cette pratique est d’avoir un impact positif sur la société. Elle comporte 3 piliers : environnemental, social et économique.

Une norme existe depuis 2010 et définit le périmètre de la RSE autour de sept thématiques centrales, il s’agit de la norme ISO 26000.

Ces thématiques portent sur : 

  • La gouvernance de l’organisation 
  • Les droits de l’homme
  • Les relations et conditions de travail 
  • L’environnement 
  • La loyauté des pratiques 
  • Les questions relatives aux consommateurs 
  • Les communautés et le développement local

Qui est concerné par la RSE ?

Toute entreprise, peu importe sa taille, son statut ou son secteur d’activité peut mettre en place une démarche RSE. 

De plus, depuis la loi PACTE de mai 2019, toutes les entreprises doivent intégrer la considération des enjeux sociaux et environnementaux dans la gestion de leurs activités.

Pourquoi mettre en place une démarche RSE ?

Le but de la démarche RSE est d’améliorer la qualité de vie des collaborateurs ainsi que des personnes qui entrent ou non en contact avec l’entreprise.

Cette démarche se montre également bénéfique pour l’entreprise qu’il la met en place. En effet, cela va accroitre son image de marque et augmenter sa notoriété. Cela se traduit par une hausse de l’attractivité de l’entreprise aux yeux des clients ainsi que des prospects. En effet, les consommateurs se préoccupant de plus en plus des valeurs environnementales et sociales d’une entreprise, la démarche RSE peut impacter directement et positivement les résultats de l’entreprise.

De plus, cela impactera aussi le regard que porte les candidats et pourra vous permettre d’embaucher de nouvelles recrues. Cela favorise également l’implication et par conséquent la productivité des collaborateurs déjà présents au sein de l’entreprise.

Comment mettre en place une démarche RSE ?

Pour commencer, il faut désigner un responsable RSE. Cette personne vous permettra de mener ce projet de manière cohérente sur le long terme. 

Il vient ensuite de réaliser un diagnostic afin d’identifier comment se positionne l’entreprise et quelles actions RSE peuvent êtres mises en place (tri des déchets, choix des prestataires…).

Communiquer en interne et en externe sur cette démarche et impliquer les collaborateurs, clients et fournisseurs dans ce projet. Par exemple en déterminant avec eux les démarches qui doivent êtres mises en place en priorité, notamment pour ce qui concerne le bien être de vos collaborateurs. La communication permettra de faire connaitre votre démarche aux autres et de la faire respecter.

Enfin, il faut assurer un suivi pour analyser les résultats des actions déjà mises en place et les adapter si celles-ci n’offrent pas le résultat espéré

Nos conseils

Vous l’aurez compris, mettre en place une démarche RSE en entreprise ne peut être que bénéfique pour celle-ci. Cela lui apporte une bonne image, fidélise les collaborateurs ainsi que les clients et permet d’attirer de nouveaux clients et talents. 

Plusieurs plateformes sont disponibles pour vous aider à mettre en place cette démarche comme impact.gouv.fr ou encore strategie.gouv.fr. Vous pouvez également suivre les conseils de la chambre de commerce et d’industrie.

La mise en place du tri des déchets, d’un CSE pour les employés ou encore pratiquer des achats responsables peuvent être un bon début dans votre démarche RSE.

Source 1
Source 2

Vous aimerez aussi : 

Notre dernière article sur le thème de l’économie

Pour toute question ou réaction, n’hésitez pas de remplir le formulaire ci-dessous

Découvrez également notre site internet : https://performan-ce.com

Electricité, comment bien choisir son offre en tant que professionnel ?

Electricité

Quelle que soit votre activité, l’électricité est une dépense incontournable pour tout professionnel. 

Si vous ne faites pas le bon choix pour votre offre d’électricité, la facture d’électricité peut vite augmenter. 

Dans cet article nous allons vous donner tous nos conseils pour bien choisir votre offre d’électricité professionnelle.

Procéder à une comparaison des offres d'électricité

Dans le but de bien choisir votre offre, il revient naturellement à commencer par comparer les différentes offres présentes sur le marché. Pour cela, il faut déterminer le meilleur rapport qualité/prix en comparant le prix du kWh de chacun des devis que vous obtiendrez. 

Tous les devis n’auront pas une offre à prix fixe, c’est pourquoi vous devrez comparer les devis le jour même. 

Profitez de cette demande de devis afin d’identifier la qualité du service client. En effet, une bonne relation client de la part de l’entreprise est très importante. Un bon service client pourra vous permettre de choisir l’offre qui correspond au mieux à vos besoins.

Optez pour l'électricité verte

L’électricité verte est issue d’énergies renouvelables, le choix de celle ci permettra de verdir l’image de votre entreprise. Cela est primordial aujourd’hui car la transition énergétique est au coeur de toutes les préoccupations.

Là encore, vous devrez comparer les offres, l’idéal est de choisir un fournisseur d’électricité français achetant l’énergie à des producteurs locaux et ayant le certificat GO (Garantie d’Origine).

Faites appel à un courtier

Il est possible de faire appel à un courtier en énergie dans le cas où vous ne souhaitez pas faire ce choix seul. Celui ci vous aidera à déterminer la meilleure offre pour votre entreprise, voire une offre d’électricité verte si vous le souhaitez.

Vous trouverez également sur internet des outils en ligne pour comparer les offres d’électricité.

Source

Vous aimerez aussi : 

Le télétravail , facteur de coopération au travail

Trouver le bonheur au travail

Pour toute question ou réaction, n’hésitez pas de remplir le formulaire ci-dessous

Découvrez également notre site internet : https://performan-ce.com

Les erreurs à ne pas commettre lors d’un processus de recrutement

Les erreurs à ne pas commettre lors d'un processus de recrutement

En pleine période de reprise économique, vous êtes nombreux à vouloir recruter de nouveaux talents. Cependant, que le recrutement se passe en interne ou via un cabinet externe, attirer de nouveaux talents qualifiés au détriment de vos concurrents passe par le respect de quelques règles. 

Cet article va vous permettre d’identifier les erreurs à ne pas commettre lors d’un processus de recrutement afin de les éviter.

Première erreur : ne pas communiquer en interne

Que ça soit au moment de poster votre offre d’emploi ou pendant la période des entretiens, il est très important de communiquer en interne afin d’éviter un grand nombre d’erreurs.

Avant de publier l’offre, organisez un échange entre le recruteur et la personne à la recherche d’un nouveau collaborateur. Cela permet au recruteur de comprendre au mieux les attentes du chef de service à la recherche de ce nouveau talent et d’orienter au mieux ses recherches. Cela permet également de bien définir le poste à pourvoir, les compétences indispensables et les besoins de l’entreprise afin de rendre cette offre la plus pertinente possible pour intéresser les meilleurs profils.

Pendant les entretiens, la communication entre le recruteur et la personne à la recherche d’un nouveau talent est également très importante car elle permet d’assurer un suivi et de veiller à ce que l’offre soit pertinente. Si au bout d’un certain temps, le recruteur se rend compte que l’offre n’attire pas les profils recherchés, celle ci peut être revue afin de l’optimiser.

Deuxième erreur : ignorer la contrainte temps

Recruter un nouveau collaborateur prend du temps. Ce temps varie selon le poste à pourvoir mais il n’est pas à prendre à la légère.

Pour limiter le temps de recrutement, il est important de communiquer régulièrement en interne.

Troisième erreur : croire que seul le candidat doit vous convaincre

Donner envie au futur collaborateur de venir chez vous est primordiale. Pour cela, pensez à mettre en avant les avantages du poste (des horaires flexibles par exemple) ainsi que ceux de l’entreprise (comme votre CSE) afin de donner envie à la personne de rejoindre votre équipe.

La phase de recrutement doit être une opération de séduction entre votre entreprise et le candidat.

Si vous ne prenez pas cela en compte, le profil que vous avez sélectionné pourrait aller chez l’un de vos concurrents qui a su mettre en lumière les bénéfices que ce poste peut avoir pour la personne qui l’occupera.

Erreur la plus fréquente : ne pas tenir au courant les candidats

Il est important de tenir informé les candidats tout au long du processus de recrutement. En effet, même si le candidat n’a pas été retenu pour le poste, il est nécessaire de lui indiquer les raisons pour lesquelles sa candidature n’a pas été retenue. Cela permet au candidat de s’améliorer pour ses futurs entretiens mais c’est également bénéfique pour votre entreprise. En effet, cela permet de soigner l’image de marque et la réputation. De plus, le candidat pourra être amené à recommander votre entreprise auprès d’une de ses connaissances.

 

Pour conclure, il est important de réussir à se démarquer de ses concurrents. Pour cela, il est nécessaire de savoir s’adapter davantage au candidat, d’être à son écoute et de soigner son image de marque afin de donner l’envie aux talents de postuler chez vous. 

 

Source 

Vous aimerez aussi : 

Le télétravail, facteur de coopération au travail

Découvrez également notre site internet : https://performan-ce.com/

Pour toute question ou réaction, n’hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous

Comment intégrer un nouveau collaborateur ?

Souhaitez la bienvenue à votre nouveau collaborateur

Introduction

Avec le développement du télétravail, vous ne savez peut-être plus bien comment accueillir votre nouveau collaborateur ? Et pourtant, l’accueil de celui-ci est très importante pour qu’il performe, reste et attire de nouveaux talents. Cette intégration démarre au premier entretien de recrutement que vous aurez avec lui et se poursuit tout au long de son expérience à vos côtés. Il existe plusieurs phases de l’intégration à ne pas négliger. 

Avant son arrivée dans l'entreprise

Il est important de maintenir le lien avec le collaborateur avant son arrivée officielle dans l’entreprise. 
Tout d’abord, pensez à préparer son poste de travail afin que celui-ci soit opérationnel le jour J. 
Prévenez les collaborateurs actuels de la venue d’une nouvelle personne et expliquez leur le rôle qu’elle aura au sein de l’entreprise ainsi que les forces qui vous ont motivées à la recruter. Il est également important de leur indiquer comment celle-ci viendra compléter les compétences actuelles de l’équipe. 
Pour réussir son arrivée, pensez aussi à le présenter aux acteurs externes de l’entreprise (clients, fournisseurs…) dans le cas où celui-ci entretiendra une relation commerciale avec eux.

Et enfin, quelques jours avant son arrivée, faites une visio, un entretien physique ou un mail à votre nouveau collaborateur afin de lui expliquer comment se passera sa journée et sa semaine d’intégration et de lui fournir toutes les informations nécessaires.

Le jour J

Coco Chanel disait « on n’a pas 2 fois l’occasion de faire une bonne impression », inspirez vous de cette phrase et accueillez le mieux possible votre nouvelle recrue.
Pour cela, libérez vous du temps dans votre emploi du temps pour l’accueillir; il est également important de présenter ce nouveau collaborateur aux personnes déjà présentes dans l’entreprise. Vous pourriez par exemple organiser un déjeuner de bienvenue. 

Et après ?

Une fois cette journée d’intégration effectuée, il faut évidemment continuer de le former mais aussi de l’intégrer !
Vous pouvez nommer un parrain afin que celui-ci l’aide à avoir accès aux informations et à la culture de votre entreprise. N’hésitez pas à organiser des repas, after work et des réunions (individuelles et collectives) afin de vous assurer que votre nouveau collaborateur se sente bien dans votre entreprise, au sein de l’équipe et de répondre à ses éventuelles questions. Ne négligez pas les avis et ressentis des personnes déjà présentes dans l’équipe.

Intégration et télétravail, comment faire ?

Avec la crise de la Covid, il est possible que vous soyez contraint d’intégrer votre nouveau collaborateur en télétravail.
Dans l’idéal, essayez d’organiser sa journée d’intégration en présentiel avec le plus de collaborateurs possibles.
Mais si ce n’est pas possible, pas de panique !
Assurez vous que celui ci dispose d’une bonne connexion à internet et de toutes les ressources dont il peut avoir besoin et commencez sa formation à distance. Passez également en revue avec lui ses besoins et évaluez sa maitrise des nouveaux outils de communication dans le cas où il ne serait pas familier avec le télétravail.
Nous vous conseillons aussi de prévoir une réunion en visioconférence où il pourra se présenter à l’équipe et inversement. 
Et enfin, faites confiance à ce nouveau collaborateur ! Ne tentez pas de contrôler exagérément son travail au détriment de son autonomie. 

Que l’intégration se passe en télétravail ou en présentiel, n’oubliez pas de communiquer à votre nouveau collaborateur tous les avantages qu’il peut avoir grâce à votre entreprise ainsi que la culture de votre entreprise.
Cela peut passer par la communication de ses codes d’accès à votre CSE si vous en possédez un, ou encore aux activités inter-entreprise que vous proposez. 

Source 1
Source 2
Vous aimerez aussi : 
Réaménager ses locaux professionnels : une concertation avant tout
Le télétravail, facteur de coopération au travail

Découvrez également notre site internet : https://performan-ce.com/ 

Pour toute question ou réaction, n’hésitez pas à remplir le formulaire de suggestion ci-dessous : 

Rençongiciel (ransomware), comment s’en prévenir ?

Rançongiciel

Qu'est ce qu'un rançonlogiciel ?

A l’ère du tout numérique, nous sommes de plus en plus confrontés à des tentatives de piratages et de vols de données comme le rançonlogiciel (ou « ransomware » en anglais).

Un rançongiciel est un logiciel malveillant qui prend en otage vos données personnelles. Il va alors les chiffrer et vous demander de l’argent, en échange de quoi il vous donnera la clé qui permettra de déchiffrer vos données. Cependant, payer la rançon ne garantit pas la récupération de vos données. 

C’est pourquoi il est très important de savoir se prémunir contre ce type d’attaque.

Comment réduire le risque d'attaque d'un rançongiciel ?

Pour réduire le risque d’attaque, nous vous conseillons de : 

  • Sauvegarder régulièrement vos données sur un serveur externe (au minimum 1 fois par semaine)
  • Maintenir à jour vos logiciels, systèmes et antivirus 
  • Maitriser les accès internet : éviter de naviguer sur des sites web compromis afin de ne pas télécharger sans le savoir un programme malveillant sur votre poste de travail 
  • Apprendre à identifier les extensions douteuses des fichiers. Voici quelques exemples d’extensions douteuses : .pif , .com , .bat , .exe , .vbs , .lnk
  • Ne pas ouvrir les messages dont la provenance ou la forme vous semble suspecte 
  • Utiliser un compte utilisateur plutôt qu’une compte administrateur 
  • Mettre en oeuvre un plan de réponse aux cyberattaques ainsi qu’une stratégie de communication de crise cyber

Enfin, nous vous conseillons de sensibiliser vos collaborateurs sur tous les points cités précédemment

Réagir en cas d'attaque d'un rançongiciel

Si malgré l’application de ces conseils, vous venez à vous faire piéger, voici nos conseils : 

  • Déployez le plan de réponse aux cyberattaques ainsi que votre stratégie de communication (pour rappel, en cas de violation des données de vos clients vous avez 72 heures pour leur signaler l’incident)
  • Ne payez pas la rançon : en effet, son paiement ne garantit pas que vous retrouverez vos données, de plus, cela incite les cybercriminels à poursuivre leurs activités
  • Déposez une plainte auprès des services de police ou de gendarmerie afin d’ouvrir une enquête qui vous permettra peut être de trouver la clé. D’autre part, cela conditionne la réparation du sinistre et peut permettre d’interpeler les auteurs de l’attaque afin de les présenter à la justice

Source 1 
Source 2

Vous aimerez aussi : 
Le télétravail, facteur de coopération au travail
Faire des opérations bancaires à distance : risques de fraude

Découvrez également notre site internet : www.performan-ce.com

Pour toute question ou réaction, n’hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous

La facturation électronique, pourquoi y passer ?

facture électronique

Facture électronique et facture dématérialisée, quelle différence ?

A la différence d’une facture au format PDF que l’on envoie par e-mail, la facture dite « électronique » est émise, transmise et reçue sous une forme électronique en passant par l’intermédiaire d’une plateforme de dématérialisation. La facturation électronique est plus couramment appelée « e-invoicing ». Vous l’avez sans doute déjà utilisé ce type de transmission de facture pour l’envoi de vos factures à la sphère publique, généralement faite via la plateforme Chorus Pro.

Intérêts d'une plateforme de dématérilisation

La plateforme est chargée de transmettre la facture de votre entreprise, vers votre client sous format dématérialisé. 

L’extraction de certaines données présentes sur les factures seront directement transmises à l’administration fiscale, on parle ici du montant HT de la facture, du montant de la TVA, de l’identification du client et du fournisseur… 

Cela facilite les échanges, puisque vous avez simplement à sélectionner le client et importer la facture sur la plateforme.

Les avantages de ce type de facturation

La facturation électronique permet de garantir l’authenticité de la facture et par conséquent de limiter la fraude, au bénéfice des opérateurs économique de bonne foi. C’est également un gain de temps et d’argent pour le fournisseur qui y dépose sa facture. En effet, cela entraine un allègement de la charge administrative et une diminution des délais de paiement et, par conséquent, renforce la productivité de l’entreprise.

Ce type de facturation pourrait également permettre, à terme, de simplifier la déclaration de la TVA grâce à un pré-remplissage des déclarations.

Que dit la loi ?

Depuis le 1er janvier 2020, chaque entreprise française est tenue d’envoyer ses factures sous format électronique lorsque son destinataire fait partie de la sphère publique. Une ordonnance du 15 septembre 2021 prévoit, dans le prolongement du rapport « La TVA à l’ère du digital » de novembre 2020, que les entreprises devront passer progressivement à la facturation électronique, en suivant le calendrier de déploiement.

  •  

Comment faire ?

Pour dématérialiser vos factures, 2 choix s’offrent à vous :

– une plateforme de dématérialisation partenaire de l’administration publique

– sur le portail public de facturation, Chorus Pro, qui assure d’ores et déjà l’échange des factures dématérialisés de la sphère publique.